Agrobusiness : Le Dg de Monhévéa contredit le gouvernement et fait des révélations

  • publié il y a : 9 mois
  • vues : 1782  
  • tags : agrobusiness - monhévéa - contredit - gouvernement - révélations - vidéos - journal télévisé
Agrobusiness : Le Dg de Monhévéa contredit le gouvernement et fait des révélations
Longtemps attendu depuis le début de la crise qui secoue le secteur, c'est à travers une vidéo publiée sur la toile en fin de semaine dernière que Yapi Christophe, le Dg de Monhévéa a tenu à réagir et livrer ses confidences sur ladite crise.

Le Dg de l'une des sociétés les plus connues du secteur a indiqué d'entrée de jeu que certaines informations livrées par les autorités étaient erronées notamment celles portant sur le revenu des entreprises d'agrobusiness qui seraient de 22 milliards de F Cfa. En effet, a t-il expliqué, Monhévéa fait partie d'un groupe de plus de 16 entreprises qui ont un capital estimé à plus de 250 milliards F Cfa quand Monhévéa représente à lui tout seul plus de 10 fois le montant annoncé par le gouvernement. D'où sa capacité à payer tous les souscripteurs. « Quand on me dit que nos ressources ne peuvent pas payer j'ai fait comment pour payer 40 milliards à des milliers d'Ivoiriens dans un seul mois ? », s'est il interrogé.



En ce qui concerne la crise que connaît le secteur, M. Yapi a appris qu'elle visait principalement son entreprise, des ambitions politiques lui étant attribuées. « La politique en elle-même ne m'a jamais intéressé. Ce n'est pas mon job c'est Dieu qui décide. Si Dieu me demande de m'intéresser à la politique je vais le faire. Mais ce n'est pas mon job, je ne suis pas politicien. J'ai toujours dit que moi mon job c'est de créer de la richesse », a t-il éclairé. Et de souligner que les autres accusations dont Monhévéa fait l'objet en l'occurence l'existence effective des plantations ne sauraient constituer des problèmes dans la mesure où son entreprise a toujours respecté ses engagements vis-à-vis de ses souscripteurs. Soucieux d'exercer dans la légalité, M. Yapi a rappelé qu'il a lui-même rencontré plusieurs fois les autorités pour les inviter à assainir le secteur.



De graves accusations

S'il y a une autorité qui a été clairement accusée dans l'élément vidéo, c'est bien le commissaire divisionnaire de la Police économique, M. Diomandé. Ce dernier envisageait selon M. Yapi de le faire arrêter quand il répondrait à sa convocation. Une situation qui ferait suite à une énième sollicitation financière de l'autorité qu'il n'a pas satisfaite. Pire, M. Yapi a implicitement accusé les hommes du commissaire de lui avoir dérobé plusieurs biens lors d'une opération à son domicile. « Commissaire Diomandé envoie ses éléments chez moi à la maison pendant que ma compagne est absente, entre dans ma chambre avec ses éléments, des bijoux disparaissent, des montres de valeur disparaissent. Chacun de ses éléments prend un carton de vin pour partir, c'est des échantillons ? Ils terrorisent (alors qu'il) y a des enfants à la maison c'est dommage », a t-il déploré. Le Groupe de travail de l'agrobusiness (Gta) mis en place et constitué d'au moins deux partenaires de Monhévéa ne serait par ailleurs pas impartial à en croire M. Yapi. Qui affirme que la bonne marche voire la survie des établissements bancaires se trouvaient véritablement mise en difficulté par les activités des entreprises d'agrobusiness. Lesquelles comptent parmi leurs clients des personnes de tous les corps de métier allant du ministre de la République au citoyen lambda.

M. Yapi n'a pas manqué de situer ses attentes vis-à-vis des autorités en vue de la résolution prochaine de la crise. « Mais je pense qu'en conclusion, on doit retenir trois éléments : la libération sans condition de Marcel Yapi qui n'a rien à voir avec ce que vous reprochez à son frère, le dégel des comptes, la liberté de travailler et les choses vont se normaliser. Vous avez ouvert la boite de Pandore c'est trop compliqué. C'est aussi compliqué pour vous que pour tout le monde. Vous n'auriez pas du arriver à cela », a t-il déclaré.

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité