CAN 2017: Serey Dié : « Je demande pardon, je préfère ne pas parler de ma vie privée »

  • publié il y a : 3 mois
  • vues : 622  
  • tags : 2017: - serey - demande - pardon -  - préfère - parler
CAN 2017: Serey Dié : « Je demande pardon, je préfère ne pas parler de ma vie privée »

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Quelquesjours après la débâcle des Éléphants à la CAN au Gabon, le capitaine de lasélection de Côte d'Ivoire Geoffroy Serey Dié rompt le silence.
En bon capitaine et conscient de la douleur dupeuple ivoirien, après l'élimination des Eléphants de Côte d'Ivoire à la CAN2017, Geoffroy Serey Dié est sorti de son silence pour demander pardon à sescompatriotes.
Dans un message posté sur les réseaux sociaux, cesamedi 28 janvier 2017, le capitaine courage demande pardon à toutes lescomposantes de la société ivoirienne. Du Président de la République au citoyenlambda : « Bonjour à toutes et à tous. Je viens vers vous cematin pour partager ce que je vis en ce moment et éclaircir certains points.Avant tout propos, je tiens à remercier tout le peuple de côte d'Ivoire pourson soutien et sa détermination à l'égard de son équipe nationale. Merci auPrésident de la République, au gouvernement et aussi à la Fif. J'aimerais ici,avec votre permission, demander pardon à tous les Ivoiriens pour cette débâcleamer que nous venons de vivre. Nous avons voulu, mes coéquipiers et moi, quecela se passe autrement mais nous avons failli à notre mission qui était devous faire vibrer en vous procurant la joie et la fierté d'être Ivoiriens. Jesuis le premier à dire ici haut et fort que nous n'étions pas à la hauteur. Entant que capitaine de cette équipe, je ne pouvais pas rester silencieux face àvos douleurs. Certes ce message ne changera rien, mais au moins vous fairecomprendre que vos critiques, vos injures, vos encouragements seront lesbienvenues si vous pensez que ceux-ci peuvent aider mes jeunes frères et moi àtout donner pour les échéances à venir », a-t-il indiqué sur les réseauxsociaux.
Et de donner un proverbe pour appuyer sonpardon : « Encore une fois pardon (quand ton couteau te blesse, tu lenettoies et tu le ranges). C'est vraie que vous avez mal, mais on a mal de vousvoir tristes et découragés parce que vous êtes nos frères, nos soeurs, nosmamans et nos pères ».
Pour terminer ses propos, le capitaine desÉléphants, cité régulièrement ces derniers temps dans une liaisonextraconjugale, préfère ne pas aborder maintenant un sujet ayant trait à sa vieprivée : « Pour ce qui est de ma vie privée je préfère ne pas parlermaintenant. Merci ».
source : LINFODROME    |    auteur : Adolphe ANGOUA

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité