Yopougon/ Sacrilège: Un Pasteur viole à plusieurs reprises la nièce de 12 ans de sa femme

  • publié il y a : 5 jours
  • vues : 252  
  • tags : yopougon/ - sacrilège: - pasteur - viole - plusieurs - reprises - nièce
Yopougon/ Sacrilège: Un Pasteur viole à plusieurs reprises la nièce de 12 ans de sa femme

(Photo d'archives pour illustrer l'article)



Les fidèles de l'Eglise de Jésus Christ, une église évangélique, qui squattent les locaux du Groupe scolaire Epp Akonda à Yopougon, louent le Seigneur depuis plusieurs dimanches, sans leur pasteur principal, du nom de K. B. G. Valérie.

Il a été écroué à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca). Il a été surpris en pleine relation sexuelle avec la nièce de sa femme, âgée seulement de 12 ans. Que s'est-il passé pour que l'homme de Dieu abandonne sa femme pour succomber au charme naissant de sa nièce ?

Depuis 2014, K. B. G. Valérie et TM vivent le parfait amour. Au quartier Maroc de Yopougon où ils sont installés, ils sont pris en exemple. Même s'ils n'ont pas encore d'enfant, l'homme de Dieu ne voit aucun inconvénient à accepter sous son toit, la fille de sa femme âgée de 10 ans. En 2016, T.M demande gentiment à son mari, que sa nièce K.L.G.E., âgée à ce moment de 10 ans, rejoigne leur « petite » famille. Chose à laquelle accède K. B. G.Valérie

T.M., sa fille, sa nièce et son mari, le courant passe à merveille. C'est le train-train quotidien.

Mais le vendredi 1er février 2019, alors qu'il croyait sa femme endormie, l'homme de Dieu sort discrètement du lit, et rejoint la petite K.L.G.E au salon. Il l'a met nue. Pour faire monter l'adrénaline, il capte une des chaînes pornographiques sur son téléviseur. Il entame alors les préliminaires avec des attouchements et exploration du frêle corps de K.L.G.E. Il ne peut plus se retenir et se met à gémir. Mieux, il se met à crier le nom de la petite fille, dans un grand moment d'extase.

Sa femme sursaute du lit. Elle se pose de multiples questions, dans le genre « Qu'est-ce que K.L.G.E. a pu bien faire pour révolter mon mari en pleine nuit ? » Elle se précipite au salon, afin de plaider pour sa nièce qui se serait mal comportée.

Que ne fut sa surprise de découvrir un autre spectacle au salon. Sa nièce toute nue sur le canapé, et son mari également nu. Sans faire attention à la présence de sa femme, le pasteur principal de l'Eglise de Jésus Christ, agenouillé devant K.L.G.E., est en train de provoquer la jouissance sexuelle, en excitant ses parties génitales à l'aide de l'une de ses mains, et en mettant l'autre sur la poitrine de la petite pour malaxer les petits seins de la taille d'un citron.

Cette scène fait sursauter T.M. C'est en pleurs qu'elle lui demande les raisons qui l'ont poussé à commettre de tels actes. L'homme, apparemment, qui tire son plaisir, a minimisé son acte. Avant de rejoindre sa chambre, T.M dans un dernier effort, ordonne à sa nièce de se rhabiller pour rejoindre sa cousine dans l'autre chambre. Le lendemain, après une nuit blanche, T.M. alerte les dignitaires de l'église dont son mari est pasteur principal, tout en informant ses parents des autres quartiers d'Abidjan.

Le pasteur qui ne digère pas cette humiliation, passe à la vitesse supérieure en expulsant sa femme, sa fille et sa nièce. Il leur interdit de mettre pied dans la maison conjugale. En cette fin d'après-midi du samedi, T.M et « ses » enfants trouvent refuge à Toit Rouge, un autre quartier de Yopougon.

Le pot aux roses

Le dimanche 3 février 2019, en compagnie de quelques fidèles de l'Eglise de Jésus-Christ et de son ainé, T.M. conduit sa nièce au centre de santé urbain .

Le diagnostic des sages-femmes est implacable : K.L.G.E. a déjà été déflorée. L'acte sexuel dans la nuit du vendredi au samedi s'est passé « normalement ». En clair, K.L.G.E est régulièrement violée.

Pour avoir le coeur net, T.M repart le lendemain lundi 4 février 2019 chez un gynécologue avec la petite. Cette fois-ci, dans un autre centre, à Port-Bouët 2, dans une clinique. Ce qui a été dit au centre de santé est confirmé. Le pasteur a fait de K.L.G.E, sa femme qu'il possède à tout moment. Toutefois, les toubibs soutiennent que la petite est hors de danger. N'empêche ! Un certificat médical est délivré pour faire valoir ce que de droit.

Aussitôt, T.M. fonce au palais de justice de Yopougon. Le procureur donne des instructions fermes aux éléments du commissariat de Police du 17e arrondissement (dont la zone de compétence couvre le lieu) dans le traitement du dossier.

K.G.B. Valérie, qui se sent traqué, joue à cache à cache avec la Police. Mais deux jours suffisent pour mettre le grappin sur lui, le mardi 12 février 2019. Le lendemain, lors de la confrontation, il tente d'intimider la petite K.L.G.E. Mieux, l'homme de Dieu soutient qu'il voulait simplement vérifier si à son âge, K.L.G.E. avait des poils sur ses organes génitaux externes. Du haut de sa taille d'un écolier de Ce1, elle confond le pasteur principal de l'Eglise de Jésus-Christ, et fait de terribles révélations. « C'est la cinquième fois que nous couchons ensemble. Il m'a dit de ne pas dire à quelqu'un, en me menaçant », a-t-elle révélé.

Aussitôt, l'homme de Dieu est déféré et mis sous mandat de dépôt, en attendant son jugement. Malheureusement, K.L.G.E., d'une petite corpulence qui présentait une bonne mine, mais visiblement supporte mal dans sa chair, l'assaut répété d'un loup qui s'est vêti d'un manteau d'Homme de Dieu.


source : SOIR INFO    |    auteur : M'BRA Konan

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité