Yopougon : Estimant avoir été insulté, un automobiliste tire et blesse grièvement les occupants d'une autre voiture

  • publié il y a : 6 jours
  • vues : 282  
  • tags : yopougon - estimant - avoir - insulté -  - automobiliste - blesse
Yopougon : Estimant avoir été insulté, un automobiliste tire et blesse grièvement les occupants d'une autre voiture
« Abidjan est risqué », aiment bien à railler les paroliers de lamusique Zouglou. Oui, parce qu'Abidjan surprend des fois, par la nature decertains actes criminels.
Comme l'un de ceux qui s'est produit le dimanche 16 avril 2017,jour de la résurrection du Christ, du côté de Yopougon. Un homme armé acarrément tiré sur les occupants d'un véhicule, en pleine circulation. Maisquelle est cette histoire ? Selon les informations reçues, G. Cédric, latrentaine, réside en France, mais séjourne en ce moment à Abidjan, pour desvacances. Et ce dimanche-là, en compagnie de son ami qui lui répond au prénomJean-Rodrigue, il se rend à Port-Bouët, à l'aéroport Félix Houphouët-Boigny.Sur place, ils accueillent une amie, A.S., une artiste, de passage sur lesbords de la lagune ébrié. Les bagages de la jeune dame rangés, tous montent àbord du véhicule de type 4x4 que conduit G. Cédric. Direction Yopougon, leurcité de résidence. Le parcours se passe jusque-là très bien.
Mais plus tard, alors que la bande joyeuse parvient au niveau del'échangeur du camp de gendarmerie d'Agban, les choses se gâtent.Notamment, entre G. Cédric et un autre automobiliste conduisant un véhicule demarque Honda, de couleur rouge. Chacun reprochant à l'autre, une mauvaiseconduite. En tout cas, les deux hommes se laissent aller à une escaladeverbale, en pleine circulation. Puis, appuyant à fond sur l'accélérateur, G.Cédric croit semer son poursuivant. Il est un peu plus de 20h.
Mais alors qu'il aborde le premier pont, à Yopougon, le« benguiste » se voit subitement couper le chemin, par la Honda detout à l'heure. Il est donc contraint à l'arrêt. Le conducteur de cettevoiture, avec qui Cédric venait d'avoir des histoires, met pied à terre avecfracas. Fulminant de colère, il apostrophe ensuite brutalement G. Cédric et luidemande de répéter ses propos de l'instant, s'il est vraiment un homme. Puis,on le voit sortir un pistolet du dessous de son vêtement. Et sans autre formede procès, il ouvre le feu. Atteignant G. Cédric au bras. Son compagnond'infortune Jean-Rodrigue, lui, prend la balle à la cuisse.
Puis, notre Fernando Sancho d'un soir faitdescendre la jeune artiste de voiture. A elle, il demande de se mettre à genouxet de le supplier de ne pas achever ses compagnons et de ne pas tirer sur ellenon plus. La malheureuse, tremblant de tous ses membres, s'exécute.Vraisemblablement satisfait, cet homme qui se croit au Far-West, où c'est laloi des armes à feu, remonte dans sa voiture. Puis, il disparaît rapidementdans la circulation. Mais qui est exactement cet homme ? Va falloir qu'uneenquête policière soit diligentée, pour le retrouver. C'est un danger public.Comme on le voit, avec cette façon de faire de certains individus, il y a dequoi craindre pour sa vie au quotidien. Et surtout prier pour ne pas seretrouver sur leur chemin.
source : LINFODROME    |    auteur : Jean- François YAPI

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité