Affaire Gbagbo à la CPI : le juge-président Cuno Tarfusser révèle, « ce procès n'aurait pas dû passer l'étape de la confirmation des charges »

  • publié il y a : 17 jours
  • vues : 5651  
  • tags : affaire - gbagbo - juge-président - tarfusser - révèle -  - procès
Affaire Gbagbo à la CPI : le juge-président Cuno Tarfusser révèle, « ce procès n'aurait pas dû passer l'étape de la confirmation des charges »
Alexis Gnagno s'est prononcé ce vendredi 26 juin 2020, sur l'affaire Gbagbo à la CPI et la déclaration du juge-président Cuno Tarfusser.

Pour prononcer l'acquittement du président Gbagbo et de Charles Blé Goudé, les juges de la première chambre ayant constaté la « faiblesse exceptionnelle » des preuves du procureur, ont conclu que « la majorité des pièces documentaires présentées par le Procureur dans cette affaire n'auraient pas été acceptée dans de nombreux systèmes nationaux ».

Pour le juge-président Cuno Tarfusser : « ce procès n'aurait pas dû passer l'étape de la confirmation des charges ». Ce qui veut dire qu'il n'aurait jamais dû avoir lieu. Et nous savons tous comment il a fini par se tenir avec le rôle de la France qui a été capital depuis l'ouverture de l'enquête jusqu'à la confirmation des charges en passant par l'étape de l'ajournement en juin 2013. Les révélations de Mediapart nous ont définitivement édifiés sur les interventions extérieures dans le dossier Gbagbo et Blé Goudé. Et nous sentons encore cette main qui fait bégayer la justice à la CPI où la chambre d'appel donne l'impression d'être embarrassée par la décision d'acquittement. Le procès est pourtant bel et bien fini, en tout cas pour le procureur.


Le juge Cuno Tarfusser qui a apparemment plus que des soupçons sur cette ingérence inacceptable, avait tenu à prévenir l'institution dans ses motivations écrites :


« la loi est faite pour être respectée dans toute sa rigueur, et non pour servir d'excuse en vue de satisfaire des buts politiques ou même humanitaires. Si nous cessons d'observer ce principe, la CPI deviendra uniquement une « cour » en vertu de son nom et ne sera plus en mesure de rendre justice pour quiconque », avait-il dit.
auteur : Alexis Gnagno

A voir egalement

Publicité
Publicité