Code électoral : Le forcing du pouvoir, malgré le refus de l'opposition

  • publié il y a : 1 mois
  • vues : 944  
  • tags : électoral - forcing - pouvoir -  - malgré - refus - l'opposition
Code électoral : Le forcing du pouvoir, malgré le refus de l'opposition

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Les discussions entre pouvoir et opposition en vue de l'adoption d'un code électoral consensuel ont échoué. N'empêche que le PM Amadou Gon Coulibaly entend soumettre le projet de loi au Parlement pour être définitivement adopté.

Le Code électoral, le texte bientôt soumis aux Députés pour adoption ?

17 février 2020, le pouvoir et l'opposition ivoirienne se sont séparés en queue de poisson en raison d'un désaccord sur le Code électoral. En effet, les négociations qui ont eu lieu à la Primature entre le gouvernement et les opposants ivoiriens ont connu quelques points d'accords et de convergences. Il s'agit notamment du financement des candidats à l'élection présidentielle, le parrainage des candidats à raison de 2% des électeurs par région, le relèvement de la caution par candidat à 50 millions FCFA et la lutte contre le convoyage des électeurs.

Cependant, la réforme de la CEI, Commission électorale indépendante, l'institution chargée d'organiser les élections, a été l'une des pommes de discorde de ces discussions. Aussi, au sortir de ces échanges, les leaders de l'opposition se sont retrouvés au grand complet devant la presse à la maison du PDCI, Parti démocratique de Côte d'Ivoire, pour prendre l'opinion nationale et internationale à témoin sur les raisons pour lesquelles ils n'ont pas signé le document final. Ils ont par ailleurs appelé à un dialogue direct avec le Président Alassane Ouattara.


Mais contre toute attente, Amadou Gon Coulibaly que ce texte de lois sera transmis malgré tout à l'Assemblée nationale pour être adopté par les Députés. « Ce n'est pas parce qu'on n'a pas signé un document, qu'on va dire que le dialogue n'a pas eu lieu, et qu'il ne s'est pas bien déroulé. Il ne faut pas dramatiser », a déclaré face à la presse, ce jeudi 20 février 2020, le Premier ministre ivoirien.

Puis, il ajoute : « Les conclusions de ces discussions seront examinées par le Conseil de gouvernement, et ensuite par le Conseil des ministres présidé par le président de la République. Le projet de loi qui en sortira sera transmis au Parlement. » Car pour le chef du Gouvernement, « Les points d'accord sont des points qui doivent permettre d'avancer ». Ce projet de lois sera soumis au Parlement avant avril 2020.


A huit mois de l'élection présidentielle de 2020, le pouvoir d'Abidjan et les partis politiques de l'opposition peinent à s'entendre sur les conditions d'organisation de ce scrutin, pourtant crucial pour la stabilité en Côte d'Ivoire.
source : afrique-sur7.fr    |    auteur : Dreyfus polichinelle

A voir egalement

Publicité
Publicité