Côte d'Ivoire: A quelques mois de 2020, KKS insiste qu'il faut mettre en place une transition démocratique consensuelle pour éviter le pire au pays

  • publié il y a : 3 mois
  • vues : 295  
  • tags : d'ivoire: - quelques - 2020 -  - insiste - qu'il - mettre
Côte d'Ivoire: A quelques mois de 2020, KKS insiste qu'il faut mettre en place une transition démocratique consensuelle pour éviter le pire au pays

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Le président du groupement Initiatives Pour la Paix (IPP) Siméon Konan Kouadio (KKS) insiste sur la nécessité de la mise en place d'une transition démocratique consensuelle en Côte d'Ivoire pour éviter que le pire arrive au pays lors des élections présidentielles de 2020.

Devant la presse ce jeudi 8 août 2019 au Plateau, KKS a affirmé que la longue nuit noire que la Côte d'Ivoire traverse depuis trois décennies avec la série ininterrompue de crises aux conséquences dévastatrices et les affres subies par les populations à l'occasion de la crise postélectorale de 2011, n'autorisent guère la moindre légèreté ou imprudence.

Il a appelé le chef de l'Etat Alassane Ouattara à ouvrir un dialogue national pour la mise en place d'un nouveau cadre politique inclusif pour la transition vers la nouvelle Côte d'Ivoire.

« Nous ne pouvons plus faire l'économie d'une véritable transition démocratique. C'est ici et maintenant à l'approche de la fin du mandat de Monsieur Ouattara qu'il faut en poser avec responsabilité et courage le principe et les termes au lieu de foncer tête baissée vers une élection dont on sait d'ores et déjà qu'elle ne sera pas plus paisible que celle de 2010 », a-t-il soutenu.

Les raisons de la mise en place d'une transition démocratique consensuelle pour éviter le pire au pays, KKS en évoque sept.

«Une transition pour créer les conditions d'une élection juste, sincère et crédible, pour tous. Une transition pour réunir les conditions d'impartialité nécessaire pour la réconciliation. Une transition pour restaurer les valeurs qui fondent notre société, la société ivoirienne. Une transition pour éviter à la Côte d'Ivoire une autre crise post-électorale meurtrière comme en 1995, en 2000 et en 2010. Une transition pour restaurer les fondements de l'Etat de droit et de la démocratie. Une transition pour rebâtir la nation autour d'un nouveau contrat social (consensus national). Une transition pour aller à la réconciliation et à la paix durable», voici les raisons évoquées par l'ancien candidat malheureux aux dernières élections présidentielles en Côte d'Ivoire.

Enfin, Siméon Konan Kouadio a fait remarquer que la Côte d'Ivoire vit une crise à la fois politique, institutionnelle et sociale qui appelle une réponse urgente.

«Cette réponse passe à notre avis, par la ré-légitimation de l'Etat et de nos institutions et ce, à travers des élections démocratiques, régulières, et crédibles sur des bases consensuelles et inclusives », a-t-il conclu.


source : KOACI.COM    |    auteur : Jean Chrésus

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité