Débat autour de la Commission électorale: Zadi Djédjé clashe les boycotteurs «l'opposition ne se limite pas au Pdci»

  • publié il y a : 3 mois
  • vues : 388  
  • tags : débat - autour - commission - électorale: - djédjé - clashe - boycotteurs
Débat autour de la Commission électorale: Zadi Djédjé clashe les boycotteurs «l'opposition ne se limite pas au Pdci»
La dernière réunion convoquée par le premier ministre le 21 juin dernier sur la réforme de la Commission électorale a été boycottée par l'opposition significative dont le Pdci, le Fpi de Gbagbo et Eds. Ces partis membres de la plateforme qui militent pour une réforme en profondeur ont même tenu une conférence le même jour pour dénoncer l'ossature proposée par le gouvernement et qui ne diffère pas de l'ancienne. lors d'un point de presse, mardi à Abidjan, l'activiste Zadi Djédjé, leader du Front populaire uni, a élevé une vive protestation contre ces partis, notamment le Rpci de l'opposant Bamba Moriféré et le Pdci de Konan. Il dénonce leur droit à la différence qui s'est manifesté par leur absence à cette réunion.
Il a souligné que des propositions concrètes ont été faites par les formations politiques et les organisations de la société civile qui ont pris part aux échanges, ce lundi 21 juin. Pour lui, il faut que naisse enfin une confiance entre le pouvoir et l'opposition pour faire avancer le projet de réforme de l'organe en charge des élections. Aussi a-t-il mis en garde les tenants du boycott. « Nous, jeunes formations politiques, mettons les vétérans politiques en garde. La Côte d'Ivoire a trop souffert.
Il faut que nos aînés comprennent que l'opposition ne se limite pas au PDCI, à Bamba Moriféré et autres. L'opposition a bel et bien participé à ce dialogue. Ceux qui veulent appeler les Ivoiriens à descendre dans les rues ont un agenda caché. (...) Je mets Bamba Moriféré en garde, je mets les aînés du PDCI en garde. La Côte d'Ivoire a besoin de paix et de stabilité », a-t-il vivement protesté avant d'inviter le Premier ministre Amadou Gon à aller vite dans sa réforme car 2020 n'est pas loin, l'année pour passer la main à une nouvelle génération de dirigeants, selon lui.
source : Connectionivoirienne    |    auteur : SD à Abidjan

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité