Déclaration du président du Pdci sur la nationalité et l'orpaillage clandestin Sortie de Bédié : Donatien Robé, président de la Côte d'Ivoire sociale, décrypte

  • publié il y a : 5 mois
  • vues : 388  
  • tags : déclaration - président - nationalité - l'orpaillage - clandestin - sortie - bédié
Déclaration du président du Pdci sur la nationalité et l'orpaillage clandestin Sortie de Bédié : Donatien Robé, président de la Côte d'Ivoire sociale, décrypte
Pour M. Robé, Henri Konan Bédié met la question de la fraude sur la table pour donner du grain à moudre à la représentation de l'Ue.
La récente sortie du président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, est diversement appréciée. Tandis que certains condamnent les propos de l'ancien chef de l'État, d'autres viennent à son secours. L'inter propose le décryptage de Donatien Robé, président du mouvement citoyen « la Côte d'Ivoire sociale ».
Mission accomplie pour Henri Konan Bédié
Henri Konan Bédié est parvenu à imposer le débat public sur des questions sensibles. On peut le dire : ils sont nombreux les Ivoiriens qui n'ont pas compris son discours. Ils l'ont sans doute lu en diagonale. On peut par contre dire, s'il a pondu un communiqué, que le gouvernement, lui, a compris le discours de HKB. Le gouvernement a compris que le vieux briscard de la politique ivoirienne a frappé là où ça fait mal, surtout en faisant d'une pierre trois coups.
L'orpaillage clandestin
Bédié sait que de nombreux Ivoiriens, surtout nos frères du nord, souffrent de l'orpaillage clandestin. Il a ciblé cette question pour embarrasser le gouvernement qui n'ignore pas sa gravité. Un officier de la gendarmerie est décédé à Korhogo. Des heurts sont régulièrement signalés entre les populations et les orpailleurs clandestins à Tingrela. D'ailleurs le gouvernement a lui-même mis en place en 2018 une brigade dédiée à l'orpaillage clandestin.
La fraude électorale
Bédié met la question de la fraude sur la table pour donner du grain à moudre à la représentation de l'Union européenne (Ue) qui exige la réforme totale de la Cei. Le nouveau représentant de l'Ue l'a plusieurs fois indiqué. Mrs. Ouattara et Bédié qui ont bénéficié du soutien de l'Ue en 2010 savent comment elle fonctionne : l'Ue, pour ne pas donner l'impression qu'elle s'immisce dans les affaires intérieures d'un pays, préfère venir en appui des actions locales. Bédié a donné l'alerte comme l'a fait Eds avant le rapport de l'Ue.
Foncier rural
Des rumeurs font état de ce que le gouvernement préparerait une seconde réforme de la loi de décembre 1998 sur le foncier rural. L'article 1 de cette loi qui dit que seul l'Ivoirien peut être propriétaire terrien serait dans le viseur. De même pour la disposition qui reconnaît le droit coutumier. Vrai ou faux ? Il faut savoir qu'en 2013, le gouvernement avait tenté de réformer cette loi. Les protestations et inquiétudes diverses l'avaient contraint à une réforme a minima, notamment l'article 4 relatif au délai accordé pour la constatation des droits coutumiers sur les terres du domaine coutumier. En 2013, Bédié flirtait encore avec Ouattara. Peut-être a-t-il dissuadé son partenaire de réformer la loi de 1998 qui est un peu son "bébé". N'étant plus ensemble au Rhdp, Bédié ignore l'ampleur du coup qui se prépare. Il a donc décidé de lancer le débat public sur cette loi qui protège les terres ivoiriennes en lançant l'alerte. Aux Ivoiriens de décider s'ils doivent laisser leurs terres leur échapper.
Le gouvernement, comme on peut le constater, est gêné par les sujets d'alerte de Bédié. Il déplace donc la question sur l'ivoirité. Il sait pourtant que Bédié qui a aidé Ouattara à arriver à la magistrature suprême ne peut se dédire en revenant sur l'ivoirité.
Donatien Robé
Président du mouvement citoyen la Côte d'Ivoire sociale
source : Linfodrome

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité