Bouaké : Un faux chef de canton utilisé par le RHDP, pour dire des contre-vérités ?

  • publié il y a : 21 jours
  • vues : 244  
  • tags : bouaké - canton - utilisé - rhdp -  - contre-vérités - actualités
Bouaké : Un faux chef de canton utilisé par le RHDP, pour dire des contre-vérités ?

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Du faux, rien que du faux ! C'est l'image que renvoie cette cérémonie d'installation du coordinateur du mouvement sur « Les traces d'Houphouët-Boigny », organisée, ce week-end, à Bouaké par le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani et ses amis. En plus d'avoir convoyé d'autres « chefs traditionnels » baoulé pour donner du crédit à leur manifestation, le mouvement d'Adjoumani s'est fabriqué un chef canton qui n'a fait que pondre des contre-vérités.


Nanan N'goran Koffi II, puisque c'est de cette personnalité ( ?) coutumière qu'il s'agit, s'est présenté à cette cérémonie en qualité de porte-parole de la chefferie baoulé( ?) Et même représentant de la Reine du peuple Baoulé et au nom de qui il aurait pris la parole. Mais qui est en réalité ce chef que "les Traceurs'' ont brandi à Bouaké comme un trophée de guerre?

Selon les informations que nous avons recoupées, Nanan N'Goran Koffi II, qui a pris publiquement la parole n'est pas un chef canton reconnu comme il l'a signifié. De ce fait, il n'est pas habilité à parler au nom de la chefferie baoulé de Bouaké encore moins au nom de la Reine des Baoulé. De son vrai nom à l'état civil, Koffi N'goran Jean, Nanan N'Goran II n'est pas reconnu en tant que chef canton par son village, Kouassiblékro, ( localité située sur l'axe Bouaké-Brobo), encore moins dans la tribu Gossan.

Il a forcé la main à une partie de son village pour s'autoproclamer chef canton. Ce qui a occasionné des dissensions et jusqu'à ce jour, son intronisation n'a jamais eu lieu. Comment donc un chef qui n'est pas reconnu peut-il parler au nom de la Reine mère? Bien plus, il a affirmé publiquement que c'est lui qui aurait conseillé au président Bédié de rencontrer le président Alassane Ouattara en novembre 2010 à Yamoussoukro et de le baptiser "Allah Gnissan''.

Aussi Nanan N'goran II a ajouté que "Quand un chef a craché, il a craché, il ne peut pas laper''. Des déclarations dépourvues de toute vérité pour plaire ou contenter ses mandants. En tout état de cause, « Sur les traces d'Houphouët Boigny'' mouvement satellite au Rhdp, depuis sa création, use toujours de moyens détournés pour rallier des personnes à sa cause.

source : Nouveau Réveil    |    auteur : Jerome N'Dri

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité