Crise au Rhdp : Bictogo ne loupe pas Mabri, Soro, et Ahoussou, ce qui se prépare contre Beugré Mambé et Charles Diby Koffi

  • publié il y a : 5 mois
  • vues : 555  
  • tags : crise - bictogo - loupe - mabri -  - soro - ahoussou
Crise au Rhdp : Bictogo ne loupe pas Mabri, Soro, et Ahoussou, ce qui se prépare contre Beugré Mambé et Charles Diby Koffi

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Le député, Adama Bictogo, vice-président du Rdr, il n'a pas la langue dans la poche et à le courage de dire haut ce qui se murmure dans la case
Lui, il n'a pas la langue dans la poche. Il y va à fonds la caisse, avec son verbe franc et les vérités qui sortent de la case, en sa qualité de vice-président du Rdr, l'un des hommes de main et proche conseiller politique du président de la République, Alassane Ouattara, président du parti unifié du Rassemblement des Houphouëtistes (Rhdp) en constitution. Adama Bictogo ne parle pas au hasard. Il dit toujours plus haut ce qui se murmure dans la case du Rdr. La case dans laquelle il prend part à tous les conciliabules. C'est pourquoi ce qui sort de sa bouche est pesé, bien pesé, et à prendre comme la vérité dans la grande famille du principal parti au pouvoir, le Rdr.
Relativement aux débats, qui ont cours au sein de la coalition du Rhdp en passe de se transformer en un parti politique unifié, Adama Bictogo a tout dit. Il n'y a plus d'ambiguïté à se faire sur les questions de disparition ou non des formations qui vont constituer le nouveau parti en création, où des militants qui vont démarrer cette nouvelle aventure. C'est le message clair que le Président du Comité d'organisation du congrès du parti unifié prévu le 26 janvier prochain, s'évertue à faire entendre à ceux qui ont accepté, volontiers, de s'allier au Rdr, son parti, pour la réalisation de ce projet si cher au président de la République, Alassane Ouattara.
Adama Bictogo est en train de faire comprendre à des partenaires comme le président de l'Udpci, Albert Mabri Toikeusse et à ses partisans, que le parti unifié à naitre d'admettra pas les demi-mesures. Mercredi dernier, dans le cadre de ses conférences de presse hebdomadaire pour situer l'opinion sur l'évolution de l'organisation, le premier responsable de la mobilisation a été, on ne peut, plus clair. « Le 26 janvier, le congrès, qui est souverain, va décider du transfert des compétences des partis politiques membre du Rhdp ». A partir de ce moment, poursuit-il, il y aura deux pôles. Le pôle Rhdp et le pôle du président Bédié, qui se prépare à mettre en place une nouvelle plate-forme politique. « Tu es Rhdp ou tu n'es pas Rhdp. Si tu n'es pas au Rhdp, c'est que tu es dans l'autre plate-forme », précise-t-il sans langue de bois.
Réponse à Mabri et à l'Udpci
Tirant conséquence de ces deux pôles, Adama Bictogo ne donne pas dans la rhétorique. Le gouvernement et les institutions de la Républiques devant être le reflet du Rhdp, il en va de soi pour lui que des ministres et présidents d'institutions vont être contraints de libérer le plancher. « Nous ne sommes pas là pour gérer les agendas personnels de certaines personnes », prévient le vice-président du Rdr.
En effet, il y a quelques semaines, les dirigeants de l'Udpci remettaient formellement en cause toute idée d'une disparition probable des partis susceptibles de constituer le socle du Rhdp unifié dans les jours à venir. Etrange position qui ressemble à celle d'Henri Konan Bédié et du Pdci-Rda, qui ont rompu avec le projet d'unification.
Pour Mabri Toikeusse et ses partisans, chaque parti gardera son identité. Car l'Udpci, précisait son Secrétaire général, Dély Mamadou, a déjà son candidat pour les élections présidentielles de 2020. Une ambition à laquelle le parti arc-en-ciel n'entend en rien renoncer. Du coup, la sortie de M. Bictogo du mercredi dernier sonne comme une réponse du berger à a bergère, enjoignant directement à Mabri Toikeusse et à ses partisans, qui occupent des places de choix au gouvernement et à des hauts postes de l'administration pour le compte du Rhdp, à se déterminer bien avant l'heure, c'est-à-dire d'ici la date fatidique du 26 janvier prochain. Avec eux, tous les autres ministres issus du Pdci-Rda, dont certains ont initié récemment avec le vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, un nouveau mouvement baptisé "Renaissance''. Lequel mouvement a pour slogan: « Je suis Pdci-Rda, je dis non à la rupture avec le Rhdp ». Un slogan suranné, qui ressemble à du déjà entendu et ne saurait prospérer dans le contexte actuel qui demande à chacun de se déterminer clairement. Soit pour le Pdci, soit pour le Rhdp, à partir du congrès annoncé du 26 janvier 2019.
Charles Diby, Jeannot Ahoussou, et même Beugré Mambé aussi
S'il n'a pas été bien entendu, le Pco du congrès du parti unifié est revenu de plus bel, avec emphase et précision, sur ses propos, qui semblait encore ambigus pour certains. Ce samedi 5 janvier 2019, Adama Bictogo s'est montré encore plus péremptoire que précis. « A partir du 26 janvier 2019, le 27 janvier, si tu n'es pas Rhdp, tu libères le tabouret. Tu es député, mais dès lors que tu es président d'institution, si tu n'es pas Rhdp, tu libères le tabouret. Tu es sénateur, tu n'es pas Rhdp, tu libères le tabouret. Tu es Conseiller économique, tu n'es pas Rhdp, tu libères le tabouret. C'est ça la clarification. Pourquoi vous allez vous battre en tant que Rhdp et d'autres vont manger le fruit de votre travail. La politique, c'est la cohérence et me courage. Assumons notre histoire. Au Rhdp, nous assumons notre histoire ». Une adresse claire à Guillaume Soro, et aux vice-présidents du Pdci-Rda, Jeannot Ahoussou et Charles Diby Koffi. La posture de toutes ces trois personnalités, respectivement présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat, et du Conseil économique et social reste encore le flou par rapport au Rhdp unifié. Même si le chef du Parlement ivoirien semble avoir tranché sur la question en clamant sa liberté vis-à-vis de toute chapelle politique.
Le message de M. Bictogo n'exclut pas non plus le Gouverneur du District autonome d'Abidjan, Robert Beugré Mambé, vice-président du Pdci-Rda, toujours dans ses fonctions. Lui également est visé par rapport au grand ménage, qui se profile, au lendemain du congrès du parti unifié, qui annonce de grandes surprises à l'horizon.
source : L'INTER    |    auteur : F.D.BONY

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité