Côte d'Ivoire: «Sam l'Africain» condamné à six mois de prison ferme

  • publié il y a : 3 mois
  • vues : 482  
  • tags : d'ivoire: - l'africain» - condamné - prison - ferme - actualités - politique
Côte d'Ivoire: «Sam l'Africain» condamné à six mois de prison ferme

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

L'opposant Sam Mohamed Jichi connu sous le nom de « Sam l'Africain » a été condamné ce vendredi 31 mars à six mois de prison ferme et 500 000 Francs CFA d'amende (environ 760 euros) pour « injure et diffamation envers un groupe ethnique ». A la tête d'un petit parti d'opposition proche du FPI fondé par Laurent Gbagbo, il était poursuivi pour des propos tenus durant un meeting politique il y a trois semaines. Des mots « dangereux pour le pays », selon le procureur. Pour les avocats de Sam l'Africain, qui ont annoncé qu'ils allaient faire appel, cette condamnation est une grave atteinte à la liberté d'opinion.

Pendant l'audience, « Sam l'Africain », comme il est surnommé, a plaidé l'incompréhension. Dans une salle où figurait notamment Pascal Affi N'Guessan, le patron du Front populaire ivoirien, l'opposant s'est défendu de toute xénophobie.

A aucun moment les mots exacts qui lui sont reprochés ont été cités par le juge, mais Sam l'Africain a été arrêté après un meeting tenu il y a trois semaines. Il y accusait notamment le président ivoirien d'avoir des origines burkinabè et de faire « du rattrape ethnique ». Modeste Abié, son avocat, voit dans sa condamnation une grave atteinte à la liberté d'opinion.

« C'est une très mauvaise décision en ce sens que c'est condamner un leader politique pour un délit d'opinion. Or le délit d'opinion n'existe pas en Côte d'Ivoire. C'est une grave atteinte et c'est un précédent. Et c'est bien malheureux pour la Côte d'Ivoire. »

Le procureur, lui, avait requis un an de prison ferme, dénonçant des propos acerbes et gratuits. « Ces affirmations sont très dangereuses pour le pays. Elles doivent être banies », a-t-il déclaré, faisant notamment référence au concept « d'ivoirité », à l'origine de fortes de tensions pendant la crise ivoirienne.

Sam l'Africain, leader d'un petit parti politique, est devenu populaire dans l'opposition après avoir témoigné à la Cour pénale internationale. Il avait été très conciliant avec l'ex-président Laurent Gbagbo. Vêtu ce vendredi de la tête au pied d'un pagne bleu, il s'est collé un scotch sur la bouche avant de quitter le tribunal pour la prison.
source : RFI

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité