Côte-d'Ivoire « Le pouvoir ne se prend pas dans les casernes » %u2013 Le challenger Méambly et d'autres députés s'expriment

  • publié il y a : 3 mois
  • vues : 371  
  • tags : côte-d'ivoire - pouvoir - prend - casernes - %u2013 - challenger - méambly
Côte-d'Ivoire « Le pouvoir ne se prend pas dans les casernes » %u2013 Le challenger Méambly et d'autres députés s'expriment

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Ausortir de la première session extraordinaire de la nouvelle législature, desparlementaires ont accepté de s'adresser à Connectionivoirienne. Parmi eux,Evariste Tié Méambly qui a osé défier le candidat du pouvoir Guillaume Soro, DrSonan, le tombeur d'Anzoumana Moutayé et la députée Sidonie Asseu d'Akoupé quipromet de garder son indépendance malgré les clins d'oeil qui lui sont faits.
EvaristeMéambly, député de Facobly, candidat contre Soro%u2028«Démontrer que le pouvoir nese prend pas dans les casernes mais dans les urnes»
J'aifait acte de candidature pour montrer que la démocratie doit être une réalitévivante. L'assemblée nationale doit être le temple de la démocratie. Vous avezvu que les précédentes fois quand il s'agissait de l'élection du président del'Assemblée nationale, c'était le plébiscite d'une personnalité, sansconcurrence. Aujourd'hui, au moins, nous avons démontré qu'on peut entendre unautre son autre que celui du Rhdp. Nous sommes à l'aise car être candidat,avoir douze voix devant des partis significatifs comme le Fpi qui a troisdéputés, l'Udpci qui en a six, l'Upci trois, nous avions neuf députés avec nouset trois autres se sont ajoutés à nous. Cela est réjouissant pour nous et nousfélicitons ceux qui nous ont voté. Nous félicitons Guillaume Soro pour savictoire. C'est la démocratie. Le pouvoir ne se prend pas en dehors des urnes,il ne se prend pas dans les casernes. C'est aussi cela que nous avons vouludémontrer. Aujourd'hui Soro a gagné dans les urnes, il ne doit rien à personne,il doit sa victoire aux députés ivoiriens qui lui ont accordé leurs suffragespour quatre ans. J'en suis fier parce que j'ai contribué à l'assise de ladémocratie dans notre beau pays. Bon vent aux Ivoiriens et mettons-nous autravail pour notre pays.
DrSonan, député de Kouassi Datékro, tombeur du ministre Anzoumana Moutayé :%u2028«Nous serons à la hauteur de cette lourde tâche »
J'éprouveun sentiment de fierté et d'honneur d'être parmi les premiers députés de la 3eRépublique. J'espère que nous serons à la hauteur de cette lourde tâche. Moitombeur d'un ministre ? Non je ne crois pas. Je pense que le ministre était uncandidat comme tout autre. Chacun de nous a donné son programme et le peuple atranché. Nous sommes allé avec nos forces et nos arguments, chacun s'estdébattu, a présenté ses projets aux populations, celles-ci ont fait leur choixet nous respectons le choix des populations. En ce qui concerne mon mandat, jedirai que nous serons ici pour faire entendre la voix de nos populations etnous ferons en sorte d'être dans le train de l'émergence du président AlassaneOuattara.
SidonieAsseu, députée d'Akoupé%u2028« Si j'aimais la Côte d'Ivoire telle qu'elle était, moije ne me serais pas présentée »
Monsouhait c'est de tout faire pour rester digne de la confiance des populationsqui m'ont élue. C'est pour moi cela le plus grand défi. Vous voyez aujourd'huila configuration de l'Assemblée nationale. Moi j'ai été élue indépendante et jetiens à garder mon indépendance. Nous comptons être une force de propositions.On se battra pour ça, on se battra pour faire changer les choses et pour queles choses avancent. Si j'aimais la Côte d'Ivoire telle qu'elle était, moi jene me serais pas présentée. Nous voulons d'une autre Côte d'Ivoire, une Côted'Ivoire nouvelle avec des engagements nouveaux. C'est pour cela que nous noussommes jetés dans la course et vous voyez qu'il y a beaucoup de jeunes et celame fait plaisir. C'est-à-dire que ceux qui vont diriger le pays dans les cinqou dix ans sont déjà là. Cette élection législative a bien montré que lesforces politiques n'ont plus autant de poids que ça. Vous avez vu le faibletaux de participation. Cela veut dire que les populations attendent autre choseque ça. Elles attendent beaucoup plus des forces politiques et si elles nerépondent pas, nous serons là pour faire entendre leur volonté. je ne dirai pasque je vais me dresser contre tout. Je ne sais même pas encore ce qu'on va meproposer. Il ne faut pas dire non pour dire non ! Il faut le dire quand celasert véritablement la cause du peuple. On ne dira pas non plus oui parce qu'ily a des intérêts partisans. Nous dirons oui ou non pour le peuple.
Dogo MyssBelmonde, députée de Guibéroua, Galébré, Dignago :%u2028« Mon mandat dédié auxfemmes et à l'école »%u2028« Je ressens un sentiment de joie. La population du grandGuibéroua nous a permis de franchir la porte de l'Assemblée nationale ce jour.Nous gardons l'espoir que cette assemblée nationale ne sera pas une caisse derésonnance. Je mets mon mandat au profit des femmes parce que pendant lesélections on a besoin de leurs voix mais après elles sont les plus oubliées. Jevoudrais donc leur dédier ce mandat. Aux femmes mais également et surtout àl'école, pour Guibéroua. »
source : Connectionivoirienne

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité