Guichet unique automobile : 128 agents licenciés assiègent la direction pour exiger leurs droits

  • publié il y a : 1 mois
  • vues : 268  
  • tags : guichet - unique - automobile - agents - licenciés - assiègent - direction
Guichet unique automobile : 128 agents licenciés assiègent la direction pour exiger leurs droits

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Les agents licenciés de Cil exigent le paiement de leurs droits pour s'adonner à d'autres activités.

128 agents licenciés de Côte d'Ivoire Logistiques (Cil) le 28 février 2019, ont assiégé la direction de ladite entreprise, ce vendredi 15 mars 2019, pour exiger le paiement de leurs droits.

« À la date du 28 février 2019, nous sommes 128 agents de Côte d'Ivoire Logistiques (Cil) qui avons été licenciés, sans le paiement de nos droits. La direction a fait la promesse de nous reverser nos droits au plus tard le 15 mars 2019, c'est-à-dire aujourd'hui. C'est ce qui justifie notre présence en ces lieux », affirme Kouabenan N'Zian Adrien, ex-directeur à la production à Cil, venu réclamer comme tous ses autres camarades ses droits, suite au licenciement de ladite entreprise.


« On veut notre argent, sinon, on ne rentre pas chez nous », exigent en coeur les agents licenciés, regroupés ce vendredi 15 mars 2019 dans la salle de réunion de la direction de Cil, attendant qu'une suite favorable leur soit donnée.

Après 19 ans de service dans ladite entreprise, un agent confie qu'il a été licencié avec 1,8 million de Fcfa comme droit. « Il y a des agents qui sont partis avec 200 000 Fcfa, comme droits », informe ce dernier. Un autre agent souligne qu'avec son rang d'ex-directeur et après 15 ans de service, c'est la somme de 3 millions de Fcfa qui doit lui être reversée.

Malgré les droits à verser qui sont jugés infimes, les agents licenciés ne demandent que leur argent pour se consacrer à d'autres activités. Ces derniers ont rappelé que c'est après 4 mois de chômage technique que leur licenciement leur a été notifié. Aujourd'hui, bon nombre d'entre eux restent devoir des arriérés de loyers et leurs enfants qui fréquentent dans des établissements privés sont menacés d'être exclus de leurs classes.


source : Linfodrome    |    auteur : Irène BATH

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité